L’UGDD : Démenti ou rétractation ?

7-9-2015 News Kababachir
L’encre qui a servi à signer l’Alliance pour l’alternance démocratique (APAD) avait à peine séché que l’Union guinéenne pour la démocratie et le développement (UGDD) de Georges Gandhi Faraguet Tounkara avait sorti un communiqué pour démentir son appartenance à cette entente. Selon le parti, il n’a été associé ni de près, ni de près à l’initiative de cette alliance. En raison du bénéfice de doute qu’il faille accorder à chacun et à tous, on ne peut absolument contester la légitimité et le bien-fondé cette explication. Mais on ne peut s’empêcher non plus d’y voir un simple argument destiné à maquiller une rétractation, en vue d’une autre option.

Certes, par les temps qui courent, Cellou Dalein Diallo, se percevant comme principal challenger d’Alpha Condé dans l’optique d’un second tour, est à la recherche d’alliés. Il ne s’en cache aucunement. Mais de cette volonté assumée et affirmée à l’inscription par le chef de file de l’opposition dans cette alliance d’un parti qui n’en pas formellement admis le principe, il y a un pas qui n’est pas évident à franchir. A en croire, les dirigeants de l’UGDD, ce serait pourtant ce que d’aucuns auraient fait. Histoire d’impressionner !

Mais on n’a des raisons de se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’une marche-arrière déguisée. Car l’UGDD semble être aujourd’hui un conglomérat de leaders qui n’ont pas nécessairement les mêmes façons de voir les choses, encore moins les options. Depuis son entrée en politique, Georges Gandhi est plutôt sur les positions de l’opposition. Ce n’est d’ailleurs la première que l’on évoque l’idée d’une jonction entre ce parti et l’UFDG. Mais depuis que l’ancien ministre de l’enseignement supérieur est candidat à la présidentielle, le parti n’est plus le même. Quelque chose a changé. Un changement qui pourrait s’expliquer par la dimension consensuelle que le leader de GPT, Jean-Marie Doré, a donnée à cette candidature. En effet, selon lui, Georges Gandhi est le candidat que les sages de la forêt auraient choisi de manière consensuelle. L’UGDD n’est donc plus qu’un parti, mais un parti régional. Qui, par conséquent, se doit de tenir compte des avis quelquefois contradictoires, venant de partout. Et c’est ce qui pourrait s’être produit à propos de l’APAD.

On peut imaginer notamment que l’ancien premier ministre, Jean-Marie Doré, n’ait pas accepté que le parti se range dans le camp de l’opposition. Ce dernier scénario est d’autant plus plausible que ces derniers temps, JMD s’est globalement rangé dans le camp du pouvoir. Il ne pouvait donc se résigner à voir son candidat entreprendre une option inverse et pourrait avoir manœuvré pour que l’UGDD, in fine, ne fasse pas partie de l’APAD. L’idée étant de vendre le parti au camp présidentiel.

Anna Diakité, www.kababachir.com


Cet article L’UGDD : Démenti ou rétractation ? est apparu en premier sur Portail de la communauté guinéenne.