Alpha-Kassory : une forfaiture contre un peuple résigné ?

23-1-2021 News Kababachir





Ils tentent, voire s’efforcent, tous les deux, à afficher la mine des grands soirs. Une complicité de vainqueurs, de bourreaux d’une opposition malmenée, affaiblie, désarticulée, mais encore débout par endroits. Alpha Condé et Kassory Fofana, mariés par alliance, puis par intérêts et, depuis peu, par circonstances.





Le premier dit avoir renouvelée sa confiance sur le second et celui-ci dit accepter, par loyauté et par amour du pays. Heureusement que ‘’Le Chinois est mort’’, heureusement que la Guinée a dépassé la Côte-d’Ivoire en terme de PIB et heureusement que la Guinée est parmi les Top 10 dont la croissance est palpable jusque dans le panier de la ménagère. Le tout, grâce au duo gagnant atypique à tous points de vue. Qu’on se le tienne pour dit ! Kassory et Alpha Condé ne sauraient sauver leur mariage. Leur relation n’est que de façade. En tout cas si on s’en tient aux déclarations du PM, affichant sa volonté, voire contrainte à « aller planter ses choux ailleurs », au cas où Alpha Condé ne lui laissait pas la main libre. 





Kassory est Premier ministre de la Guinée depuis le 21 mai 2018 et reconduit le 15 janvier 2021 dans le premier gouvernement de la quatrième République, pour ne pas dire 3è mandat, le mandat de trop d’Alpha Condé. Ce PM dit avoir envie de se réinventer. Cette envie obsédante renvoie tout simplement aux années 97-2000. En effet, à cette date, sous l’impulsion de Kassory Fofana, alors ministre de l’Economie et des Finances, on a assisté, selon des proches, à la l’initiation et à la mise en œuvre  « d’un vaste programme national de lutte anti-corruption, une première en Guinée ; ce programme a produit des résultats tangibles, dont entre autres la poursuite judiciaire des personnes physiques et morales compromises, le licenciement des fonctionnaires indélicats, la suspension de licences aux entreprises incriminées et le recouvrement en faveur du Trésor public de l’équivalent en GNF de 8 millions de dollars. » Ce n’était pas tout, car, il se rapporte aussi que Kassory avait mis en œuvre un programme d’assainissement du fichier de la Fonction publique avec la participation active des Unions Syndicales, lequel a abouti au nettoyage du fichier de fonctionnaires fictifs et de milliards d’économie sur la masse salariale.





Satisfait donc de ce résultat, Don Kass, avait confirmé : «Aucun n’a combattu la corruption comme je l’ai fait. Personne ne peut délivrer un bilan en termes de corruption, je dis bien tous gouvernements confondus, comme moi. » Il en veut pour preuve : « C’est en mon temps que les cadres ont été radiés de la Fonction publique. Leurs biens ont été saisis et vendus. Ils ont été traduits en justice. Depuis ça, je n’en ai pas connu. » Pourtant, il y a peu, l’UFR, à travers Sydia Touré dans le n°2079 de Jeune Afrique/L’intelligent dégainait : «L’argent qui commençait à affluer dans les caisses de l’État avait attisé les convoitises de quelques kleptocrates. Ces derniers ont organisé un système mafieux. En sortant lui-même de sa cachette (J.A.I. n° 2079), M. Kassory Fofana révèle au peuple guinéen son rôle central dans les malversations en cause. Il lui reste à rentrer au pays pour se mettre à la dispositionde la justice qui a ouvert le dossier sur la corruption, au lieu de prolonger ses « congés » à l’extérieur. »





Et Sydia de poursuivre son témoignage : « Nommé malgré tout au Budget, Kassory assiégera les services de la Présidence par diverses intrigues et parviendra à ses fins en février 1997 en prenant le portefeuille convoité.Son premier acte à la tête du ministère de l’Économie et des Finances consistera à faire éclater la structure du comité de Trésorerie qui réunissait le Premier ministre, deux ministres délégués et le gouverneur de la Banque centrale. La totalité des dépenses publiques se fera, désormais, sans engagements préalables et sur simple signature du seul ministre de l’Économie et des Finances, c’est-à-dire M. Kassory Fofana. »





Que dire du rapport Hervé qui avait coûté au très côté Journal l’Indépendant?Comme si cela ne suffisait pas pour disqualifier KassoryFofana dans sa fameuse lutte anticorruption supposée, l’homme était cité  dans obscure affaire dite de « Timbres fiscaux » avec Super V. La malversation qui aurait occasionné à l’État un manque à gagner évalué à 11 milliards GNF. Dire aujourd’hui qu’il fut le chantre de l’enrichissement illicite en Guinée, Kassory oublie vite. Mais, les faits sont têtus, vraiment têtus.





Malgré tout, aujourd’hui, Alpha Condé semble vouer un respect religieux à son PM. Sauf que, celui-ci veut cette fois-ci s’inspirer de son vécu laborieux afin de réussir à ‘’Gouverner autrement’’. Mais, c’est déjà chose perdue, dès lors que tout le monde est confirmé et que la Nabayagate constitue le ver dans le fruit. Alpha et Kassory abusent bien des Guinéens qui ont cru en eux. Ils se moquent de l’intelligence de la Guinée.





Jeanne Fofana, www.kababachir.com