Cette formation permettra de renforcer les capacités ces travailleurs sociaux afin qu’ils soient en mesure de mieux s’occuper des personnes vulnérables.























Le travail social est une profession dont la visée ultime est la protection des personnes en situation de vulnérabilité (pauvreté économique, handicap, isolement social, délinquance, âge jeune ou avancé, exploitation, violence). En Guinée, les travailleurs sociaux ont contribué à l’éradication de l’épidémie d’Ebola et ils continuent encore à suivre et à prendre en charge des enfants affectés par cette épidémie dans les régions de Kindia et de Nzérékoré avec l’appui technique et financier de l’UNICEF. Les travailleurs sociaux sont aussi déployés sur le terrain pour assurer le suivi et la prise en charge des enfants victimes ou à risque de violence. Aujourd’hui encore, ils sont à nouveau sollicités par les pouvoirs publics pour faire face à la pandémie du coronavirus et accompagner les personnes affectées par la pandémie.







L’UNICEF a fait le plaidoyer pour que ce corps de métier soit reconnu par la fonction publique, car il constitue la cheville ouvrière de toute politique de protection sociale ou de protection de l’enfant et appuie la réforme du travail social.


A cet effet, les travailleurs sociaux ont besoin de renforcement de leurs capacités et c’est dans cette perspective que du 18 au 21 novembre 2020, s’est tenu le séminaire de formation de 40 cadres en travail social, présidé par Hadja Mariama Sylla, Ministre de l’Action Sociale et des personnes Vulnérables, en présence Christine Naré Kaboré, Représentante Adjointe de l’UNICEF, de Madame Fatou Ndiaye, Cheffe de Mission de l’OIM et de Richard Watchinou, Directeur National de SOS Villages d’Enfants Guinée et Président de la Coalition Nationale des Acteurs Non Etatiques pour la Protection des enfants (CANEPE).










Pour la Représentante Adjointe de l’UNICEF « Les travailleurs sociaux sont un maillon important du système de protection de l’enfant en Guinée. Ils sont au contact des communautés et des enfants ayant des besoins de protection et de reconnaissance de leurs droits fondamentaux, la santé, l’éducation, l’alimentation, l’eau et la protection contre les violences, les abus et l’exploitation », dira-t-elle.


Hadja Mariama Sylla, Ministre de l’Action Sociale et des Personnes Vulnérables a, quant à elle, remercié particulièrement l’UNICEF pour son soutien financier pour l’exécution de la présente activité avant d’ajouter : « les travailleurs sociaux que nous célébrons au cours de ce séminaire ont le temps nécessaire pour entrer dans la vie des gens lorsque ceux-ci vivent une problématique situationnelle. Peu connu dans notre pays, le métier de travail social est pourtant essentiel pour pouvoir analyser les situations sociales compliquées et construire des programmes d’aide adaptée ».


Pour le Pr Moustapha Mbodj, Analyste en politiques sociales, consultant formateur, cette formation est une opportunité à saisir, car elle comporte des thèmes riches en contenus  « La principale unité d’analyse ici en Afrique s’appelle la famille, c’est diffèrent de l’occident où l’unité d’analyse, c’est l’individu. Donc, au cours de cette formation, nous aborderons 3 thèmes. Le cadre général, c’est-à-dire, faire comprendre aux apprenants qu’est-ce qu’un travailleur social, ensuite, ils seront outillés par rapport aux interventions sociales et enfin nous les doterons des compétences qui vont leur permettre de faire face à l’ensemble de la vulnérabilité».


L’UNICEF attache du prix à la protection des couches vulnérables en Guinée. C’est pourquoi, malgré la persistance de la pandémie de la COVID-19, l’organisation continue d’appuyer le Ministère de l’Action Sociale et des personnes Vulnérables pour que les travailleurs sociaux soient suffisamment outillés pour la prise en charge inclusive des enfants sur toute l’étendue du territoire nationale.



Aboubacar Sidiki DIALLO/ UNICEF pour JMI