Déclaration des biens des ministres : un faux débat !

23-11-2020 News Kababachir





Alpha Condé est en train de distraire les Guinéens. Encore une fois ! Il parle des ministres, alors qu’il y a pire que ceux-ci. Il s’agit des directeurs généraux des établissements publics et toutes les autres structures du genre, qui brassent des millions GNF en toute impunité. Ne parlons surtout pas des Institutions républicaines dont l’essentiel sont logées dans des bâtiments privées et avec lesquelles, seul le loyer englouti plus de la moitié des subventions reçues.





Alpha Condé le sait plus que quiconque. Il sait aussi que les hommes et femmes qu’il a mis à la tête de nombreuses structures de l’Etat sont des riches. Certains ne parviennent plus à dissimuler leur train de vie. D’autres éloignent leurs avoirs indus, loin des frontières guinéennes. Leurs enfants sont dans les écoles les plus chères en occident. Alpha Condé est myope : « Nous avons fait une nouvelle loi, la déclaration des biens des ministres. Nous savons qu’il y a des ministres qui créent des sociétés pour leurs femmes. Ces femmes qui participent à des appels d’offres sont favorisées. C’est pourquoi nous avons dit : déclaration des biens du ministre, de sa femme et de ses enfants. Donc, il n’est plus possible qu’un ministre se cache derrière sa femme pour créer une entreprise et qu’elle en soit favorisée par copinage entre les ministres. Ça doit être clair pour tout le monde. »





Il oublie que ce même ministre peut utiliser un autre proche qui ne soit ni sa femme ni son enfant pour se remplir les poches. Le système qu’il utilise est une école. Et tous les promus y concouru pour accéder à la mangeoire, sans aucune crainte. En tout cas aujourd’hui, il y a bien des proches des ministres qui ont des marchés publics. La démarche ira s’accroissant, car, désormais, de nombreux marchés vont être passés au niveau des ministères et autres autorités contractantes, selon le niveau du seuil. Ce qui n’a jamais été gagné le sera désormais. Sans aucune faute.





Jeanne Fofana, www.kababachir.com