Alpha Condé : « il n’est plus question de trafic d’influence ! »

21-11-2020 News Conakry Infos

A l’inauguration samedi de la Banque nationale d’investissement de Guinée (BNIG), le président Alpha Condé a promis de ‘’gouverner autrement’’ la Guinée. Récemment réélu dès le 1er tour pour un 3è mandat à la tête de la Guinée, Alpha Condé annonce que beaucoup de comportements devenus des habitudes du Guinéen vont changer. Il cite entre autres l’attribution des marchés aux proches et parents, l’indiscipline des citoyens, la vente des domaines de l’Etat, le non-respect des baux. Extraits…


« (…) Les challenges de ce nouveau mandat, gouverner autrement.  Ce n’est pas un slogan, tout le monde va le savoir. Gouverner autrement c’est aussi développer l’éducation civique dans nos écoles, gouverner autrement, c’est obliger les populations à respecter la loi. Qu’est-ce nous constatons depuis des années ? Ce qui n’aurait jamais été possible sous la première république, vous arrêtez un voleur, au lieu de l’amener à la gendarmerie vous le frappez à mort, c’est-à-dire se rendre justice alors qu’il y a la justice, il y a la loi.  Ça aussi c’est fini, nous prévenons les populations. Ensuite, il y a les bacs à ordures, on vient on jette les ordures à côté, ça aussi c’est fini. Donc, gouverner autrement ce n’est pas seulement le gouvernement, c’est le changement de comportement des populations guinéennes elles-mêmes.


Cette anarchie de laisser des marchés et créer des marchés partout même devant les Ministères, ce qui est inadmissible, mais cela est dû aussi à la pauvreté. Donc, gouverner autrement ça veut dire aucune tolérance à la corruption, aucune tolérance au copinage, aucune tolérance à l’ethnocentrisme, au clientélisme.  Il y a les gens qui disent oui c’est grâce à moi que le président a pris le décret pour te nommer, alors que c’est faux, et en contrepartie ils veulent que celui-là soit son obligé. Il faut que les gens sachent que personne en Guinée ne peut m’obliger à prendre un décret.  Je prends le décret après m’avoir envoyé les CV avec les photos, j’analyse et je prends les décrets.  Donc je dis à tous les hauts cadres si un ministre ou quelqu’un de la Présidence dit : ‘’c’est grâce à moi que vous avez eu votre nomination, dis, je veux voir le président et lui poser la question. En ce moment, le trafic aussi va finir. Nous avons fait une nouvelle loi pas seulement pour la déclaration des biens d’un ministre, mais nous savons qu’il y a des ministres qui créent des sociétés pour leurs femmes et ces femmes participent à des appels d’offres qui sont favorisés.  C’est pourquoi nous avons dit déclaration des biens des ministres, de sa femme et ses enfants. Donc, il n’est plus possible qu’un ministre se cache derrière sa femme pour finir une entreprise et que cette entreprise soit favorisée par copinage entre les ministres.  Cela doit être très clair pour tout le monde.  Les appels d’offres à partir d’un seuil seront totalement contrôlés par une structure qui existe à la présidence, parce qu’on peut éliminer les gens sans raison. Donc, son rôle à la présidence n’est pas seulement de voir les gagnants mais de rependre entièrement le processus si quelqu’un n’a pas été éliminé.


Il faut que les choses soient claires pour tout le monde, nous voulons avoir les grands entrepreneurs dans le bâtiment, nous allons avoir les grands entrepreneurs dans les constructions des routes, des hôpitaux, des aéroports.  Et cela ne peut pas se faire si l’État ne les accompagne pas et s’il n’y a pas de préférence nationale. Donc, il n’est plus question de trafic d’influence ou de faire des affaires par personnes interposées.  Car, lorsque nous aurons à étudier à la présidence, nous allons fouiller telle société appartient à qui et on saura qui est derrière.  Voilà quand je dis gouverner autrement voilà un certain nombre d’aspects. Donc la population guinéenne doit aussi changer de comportement, nous sommes devenus comme la jungle où les plus forts écrasent les moins forts, où les gens se rendent justice.


« Nous avons des commerçants qui font un bail avec l’État : ils paient 10 millions, pendant ce temps, ils font des sous-locations et ils ont 4 à 5 cent millions par mois. Ce qui est contraire à l’objectif du bail, ça aussi c’est fini. Nous avons aussi les gens qui se sont accaparés des biens de l’État du contentieux franco-guinéen, nous allons les récupérer. Nous avons aussi les préfets qui ont vendu le terrain alors qu’ils n’ont pas le droit, je peux citer le préfet Brada de Dubréka, son nom d’ailleurs l’indique : il a bradé les terrains à Dubréka. Nous allons enquêter et récupérer toutes ces terres.  S’il s’avère que c’est un cadre du Ministère de l’Urbanisme qui est à la base, nous allons indemniser la personne qui a acheté en reprenant et condamner le cadre qui l’a fait. Par contre, si c’est le préfet qui a vendu, on récupérera la terre sans aucune indemnisation. Il y a aussi les réserves foncières que la colonisation avait créées, que la première république a renforcées et qui sont restées. Les réserves foncières, beaucoup de gens ont construit dessus sans autorisation. Mais c’est la faute de l’administration, donc nous allons faire déguerpir ces gens, mais comme c’est la faute de l’administration, nous allons les indemniser, mais il n’y aura plus cette pagaille, nous allons casser toutes ces maisons et nous allons les indemniser parce qu’ils ne sont pas responsables, c’est le ministère de l’urbanisme qui est responsable. »


avecMediaguinée