Crise post-électorale : L’OGDH condamne les arrestations et détentions des leaders de l’opposition

20-11-2020 News KaleNews

L’Organisation Guinéenne de défense des droits de l’Homme et du citoyen (OGDH) était face à la presse ce Vendredi 20 novembre. Objectif, s’exprimer sur les récentes arrestations et détentions de certains leaders de l’opposition. Dans sa déclaration, Souleymane Bah, secrétaire générale du bureau exécutif a d’abord interpellé le corps judiciaire au respect des droits des personnes arrêtées





« Alors que le pays traverse un climat délétère en raison des violences enregistrées le lendemain du scrutin du 18 octobre 2020 et les jours qui ont suivi, depuis quelques jours, notre organisation a été informée d’une vague d’arrestations et de détentions d’opposants du 3ème mandat  pour divers motifs, parfois en violation des règles de procédure pénale les plus élémentaires. L’OGDH interpelle le corps judiciaire à travailler en toute impartialité et à veiller au respect des droits des personnes interpellées ainsi que ceux de toutes les personnes arrêtées et détenues actuellement pour des raisons politiques ou d’opinions », a déclaré Souleymane Bah.





Poursuivant, l’OGDH a, par la voix  de son secrétaire général du bureau exécutif, déploré la lenteur des différentes procédures avant d’interpeller l’Etat Guinéen à mener des enquêtes sur le décès du détenu Ibrahima Sow :





« Notre organisation déplore la lenteur qui caractérise les différentes procédures qui devraient permettre aux victimes d’obtenir justice. Par la même occasion, notre organisation exige à ce que des enquêtes sérieuses soient menées dans les meilleurs délais concernant la mort du détenu Thierno Ibrahima Sow, décès survenu le lundi 16 Novembre 2020. Nous interpellons l’Etat Guinéen à garantir les droits et libertés fondamentales des citoyens conformément à ses obligations internationales », a-t-il laissé entendre.





L’OGDH appelle également à une meilleure implication de la CEDEAO, de l’Union Africaine, et de l’Union Européenne dans la crise politique actuelle afin d’éviter que le pays ne retombe dans un autre climat de violence susceptible d’engendrer d’autres violations des droits de l’Homme





Alhadji Minthé