Guinée/Violences post-électorales : « On est en train de nous enfoncer dans une crise de grande envergure »

22-10-2020 News KaleNews

La Guinée sous tension depuis quelques jours à l’attente des résultats définitifs de la présidentielle du 18 octobre dernier. Ce mercredi 21 octobre 2020, des heurts ont éclaté entre forces de l’ordre et manifestants à Conakry. Le bilan fait d’une dizaine de morts dans le pays depuis lundi, dont six par balle et un policier lynché à mort, ainsi que de nombreux blessés et dégâts matériels.





Interrogé sur ces violents heurts qui opposent manifestants et policiers dans la haute banlieue de la capitale et certaines de l’intérieur du pays, Mamadi Kaba, président de la Ligue pour les droits et de la démocratie en Afrique estime qu’on est en train d’enfoncer progressivement le pays dans une crise électorale de grande envergure.





« C’est le début d’une crise électorale qui peut prendre de l’ampleur si rien n’est fait très rapidement. Je pense qu’on est en train de nous enfoncer progressivement dans une crise électorale de grande envergure. C’est pourquoi je regrette sincèrement que malgré tous les appels que nous avons eu a lancé, nous n’avons pu obtenir de dialogue entre les acteurs impliqués pour préparer des élections pacifiques dont les résultats seraient acceptés de toutes les parties. Nous aller aux élections dans un contexte de confrontation, d’hostilité majeure. Je pense que c’est la conséquence de la poursuite de la crise que nous connaissons depuis le 22 mars dernier et même avant », explique l’ancien président l’INIDH.





Selon le président de la Ligue pour les droits et de la démocratie en Afrique il n’est pas tard pour trouver des solutions pour une sortie de crise. Ainsi dit-il, « Il faut que l’ensemble des acteurs prennent de leur responsabilité et que la communauté internationale nous accompagne afin que nous allions à un dialogue, qui puisse nous éviter le pire dans notre pays… » 





Mohamed Barry