Lola : le cri d’alarme  des agriculteurs face aux prix inaccessibles des intrants agricoles sur le  marché

14-7-2020 News Guineenews

Cela, alors que les premières semences de riz, de maïs  et les intrants sont toujours attendus pour être partagés entre les agriculteurs des quatre sous-préfectures bénéficiaires de la préfecture, dans le cadre de  la campagne agricole 2020-2021. Des paysans qui tirent la sonnette d’alarme  sur la cherté des prix des intrants agricoles, comme les herbicides, hors de portée de leurs bourses.


Un cadre de la direction préfectorale de l’agriculture qui s’est exprimé sous anonymat affirme que cette date du lancement est propre aux  autres régions  de la Guinée pas la préfecture de Lola c’est n’est pas la région forestière les gens ont commencé le labour depuis le mois de mai et les premiers riz sont attendus au début du mois d’août.


Mohamed kourouma est un jeune étudiant diplômé sans emploi que  nous avons rencontré. Il  a reconnu  que  c’est  le manque de boulot accentué par la covid19  qui l’aurait poussé vers l’agriculture.


« Je suis rentré chez moi, pour aller faire des champs au lieu de rester à faire la navette pour rien entre des localités. Mais je dois dire que les aides ont retardé concernant les intrants. Si l’état veut aider les agriculteurs de Lola,  c’est à partir du mois de janvier ou février,  sinon actuellement les premiers riz sont en maturité.


Cette année une boîte d’herbicide sélectif pour le riz est vendue à 80 mille francs guinéens, le bidon d’un litre. Dans les sous-préfectures le prix est plus élevé. Pour encourager les jeunes à s’intéresser à l’agriculture il faut des moyens et un accompagnement », a-t-il souligné.


« Je vous informe que dans certains villages tu peux  avoir quelques sacs à vendre pour acheter  des intrants. Mia il n’y a pas de clients. Ce qui m’a amené à jeter le reste de mon manioc sec aux moutons », a-t-il déploré.

Ousmane Camara était vendeur de fer amorti.  Comme rien ne marchait, il s’est rendu  à Foumbadou, localité située à 53 kilomètres de Lola.


Pour lui l’état guinéen devrait regarder le monde paysan, qui emploie près de  70% des guinéens, qui sont  des paysans. Notre interlocuteur déplore qu’ils n’aient pas encore reçu  les intrants.


« Nous avons entendu que le gouvernement a envoyé des semences mais pour moi ce n’est pas venu à temps, et c’est même insignifiant pour nous, parce que Lola est  l’une des préfectures les plus peuplées de la région forestière.

Vraiment les intrants sont chers. Au marché les prix sont élevés, alors que les prix devraient  baisser.

Nous appelons le gouvernement de faire plus pour nous, cette préfecture est  un grenier grâce à sa large frontière avec la côte d’ivoire  la permettant de copier le pays frontalier dans plusieurs domaines de cultures », a-t-il lancé.