Covid19 : le ministre de la Santé dresse le bilan et les perspectives de la riposte contre la pandémie

13-7-2020 News Guineenews

Ce lundi 13 juillet, c’était le tour du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique de passer devant la presse pour communiquer sur les efforts entrepris par le gouvernement dans le cadre de la riposte contre la Covid-19.


L’allocution du ministre Rémy Lamah a porté essentiellement sur la surveillance épidémiologique, la prise en charge des malades, le dispositif logistique  et la communication sur les risques pour le changement positif de comportements.


D’après le ministre Colonel Rémy Lamah, la surveillance épidémiologique mise en place a permis d’effectuer 32 683 tests à la date du 11 juillet 2020, «  de détecter 6 141 cas positifs, de traiter 4 862 personnes déclarées guéries à ce jour soit 79% des cas positifs, de recenser 37 décès hospitaliers soit 0, 06% des cas positifs, d’établir et de tester 20 061 cas contacts dont 2 399 testés positifs et sortir 17 662 contacts du suivi, soit 88% des cas contacts», a-t-il fait savoir.


Poursuivant, il a annoncé qu’ils sont passés de 2 à 9 centres de traitement dont 6 à Conakry à savoir Donka, Gbessia, Kénien, camps Alpha Yaya Diallo, Nongo et le centre traitement de la maison d’arrêt centrale ; et 3 à l’intérieur en l’occurrence Fria, Boké et Kindia. « Cette extension a permis de passer d’une capacité d’hospitalisation cumulée de 600 à 1 200 lits», a-t-il dit, avant d’ajouter que leur capacité journalière de test est passée de 250 à 1000 tests jour.


En ce qui concerne le plan de la communication, il a indiqué qu’avec l’appui des professionnels de la santé, des ONG et autres acteurs de la société civile et à travers les médias, des campagnes de sensibilisation ont été entreprises sur toute l’étendue du territoire nationale, appuyées de distribution de masques de protection achetés par le gouvernement à titre préventifs. «Sur le plan financier, le coût global du plan national de riposte s’est chiffré à 125 milliards de nos francs», a-t-il rappelé.


 Sur les défis, il a fait comprendre qu’il existe encore des contacts perdus de vue qui constituent des risques certains du maintien de la chaîne de transmission de la maladie. « La réticence de certains malades à se rendre dans les centres de traitement. La capacité de diagnostic bien qu’en augmentation reste inférieure à la demande. Le non-respect des mesures barrières par la majorité des populations tel qu’on peut l’observer dans les rues. Certains de nos concitoyens continuent de nier l’existence de la maladie», a-t-il déploré.


Dans le cadre de la poursuivre de la riposte, Colonel Remy Lamah  qu’elle consistera à impliquer les chefs de quartier, de secteurs et des agents de santé communautaire dans la sensibilisation sur les risques, le dépistage précoce et l’hospitalisation des personnes symptomatiques. «Nous renforcerons notre capacité diagnostique, à travers : l’intégration du Centre de Recherche de Maferinyah dans le réseau des Laboratoires,  l’augmentation du nombre de sites de prélèvements à Conakry et à l’intérieur du pays et la formation du personnel», a-t-il expliqué


 Pour l’utilisation du Test de Dépistage Rapide (TDR), M. Lamah dira qu’ils disposent déjà de 100 000 tests rapides. « L’utilisation des tests de dépistages rapides (TDR) permettra de raccourcir le temps de communication des résultats aux sujets et par ricochet le nombre de personnes à dépister. Mais surtout de résoudre en partie la question des cas perdus. C’est le lieu de porter à la connaissance de tous que cette utilisation a déjà commencé, pour les personnes venant de l’étranger, les camionneurs devant sortir de Conakry», a-t-il affirmé.


 «La mise en fonction des Centres de Traitement Epidémiologique à l’intérieur du pays. Elle consistera à ouvrir et appuyer les centres dans les préfectures qui vont enregistrer un seuil critique de cas. Il s’agit particulièrement des centres de Boké, Fria, Macenta, N’Zérékoré, Kankan et Mamou. De cette façon, on évitera de déplacer les malades sur de longues distances », a-t-il espéré.