Présidence du Parlement : Michel Kamano aussi salivait

12-7-2020 News Kababachir





Longtemps président de la Commission économique du Parlement sous Kory Kondiano et en remplacement d’Ousmane Kaba, dégommé pour avoir critiqué le discours de Condé qualifiant les cadres malinké de malhonnêtes. Michel Kamano rêvait d’une dynastie à la forestière à la tête du Parlement guinéen : Kondiano s’en va, Kamano arrive ! C’était mal connaitre le jeu d’Alpha Condé et les siens.





La posture de Damaro en qualité de président du groupe parlementaire du parti au pouvoir ne pouvait donner la chance à aucun autre postulant, fut-il de la Forêt dont la puce a été mise à l’oreille pour octroyer l’Assemblée aux cadres de cette partie de la Guinée. Alpha Condé aux manettes, il engage d’abord des consultations obscures, puis entame de longues négociations d’abord au sein de sa propre famille politique – Tobgba Traoré, membre du bureau exécutif du RPG était aussi candidat -, puis au niveau du  pourfendeur de la Constitution de 2010 Tobgba Maurice Zogbélémouet transfuge de l’UFR de Sidya Touré. Celui-ci a rêvé jusqu’au soir de la désignation de Damaro. Après avoir entremêlé tout le monde, Alpha Condé lâcheTobgba Traoré, membre du bureau exécutif du RPG, Michel Kamano, ancien président du Conseil économique et social sous Lansana Conté et Zogbélémou pour porter son choix sur Damaro. Les dés étaient pipés d’avance. Et les tocards n’ont rien compris du jeu Damaro-Alpha.





Pour ainsi parer à toute éventualité, Alpha Condé demande aux nouveaux … élus de suivre la ligne du RPG et de resserrer les rangs derrière Damaro Camara. Comme pour dire tant pis pour ceux qui n’ont pas compris que la politique c’est aussi manipuler et faire espérer ses proches. Sacré duo Condé et Damaro ! Mais jusqu’à quand ? C’est toute la question.





Le premier est président de la République, le second est dauphin constitutionnel. L’enjeu est de taille. Les incertitudes sur une loyauté le sont autant, sinon bien plus. Sékhoutouréya ? C’est à un micron désormais, estime secrètement Damaro Camara dont les ambitions ne sont plus dissimulées.





Jeanne Fofana, www.kababachir.com