Labé : Les enseignants du privé lancent un nouvel ultimatum

7-7-2020 News Kababachir





A Labé la situation des enseignants du privé reste toujours préoccupante. Après le protocole d’accord signé récemment entre les fondateurs des écoles privées et les enseignants, en présence de l’Inspecteur général du travail, sous la médiation du Maire de la Commune urbaine, les enseignants ne sont toujours pas payés.





Or, il était convenu de payer dans l’immédiat, un mois d’arriéré de salaire en vue de mettre fin à la crise.





A date, les enseignants n’ont pas encore perçu le montant d’un mois d’arriéré de salaire.  





Une situation qui irrite, le Vice-président de la cellule de communication du SNEPGUI





Selon André Tamba Kourouma, « Le protocole d’accord signé avec l’inspecteur régional du travail et les autorités administratives, était de payer tous les enseignants évoluant dans les salles d’examen du 1er jusqu’au 5 de ce mois. Donc la date butoir était hier. Nous avons appris qu’il y a des écoles qui, jusqu’présent, n’ont pas payé leur personnel. Il s’agit du complexe scolaire Boundhou Gandal, Tanti Leoni 2, le collège Delle, Hadja Adama Bah, Groupe scolaire Tountouroun, Cepia et Nassroul-islmaique ».





Devant cette situation qu’il qualifie de déplorable, le Vice-président de la cellule de communication du SNEPGUI lance un ultimatum aux fondateurs des écoles privées et menace de bouder les cours.





 « Nous donnons juste aux fondateurs la journée d’aujourd’hui, si d’ici le soir ces écoles citées ne s’acquittent pas de leur obligation, nous allons d’abord adresser des courriers aux autorités administratives. Et, s’ils continuent de cramper sur leur refus, nous allons bouder les classes dans la foulée », a-t-il prévenu.





Depuis Labé Souleymane Camara pour www.kababachir.com