Labé-Education : Fin de la crise dans les écoles privées

4-7-2020 News Kababachir





Après plusieurs jours de négociation menée par la Mairie, les enseignants et les fondateurs des écoles privées sont finalement parvenus à la signature d’un accord.





C’était en présence de l’inspecteur général de travail, du représentant de la CNTG et des autorités éducatives.





Mais il a fallu 6 heures de négociation au bureau du Maire de la Commune urbaine de Labé, enseignants et fondateurs des écoles privées sont parvenus à la signature d’un protocole d’accord en lieu et place d’un code de travail, un consensus a été trouvé.





L’inspecteur régional du travail revient sur ces négociations :





« Les enseignants du privé avaient réclamé trois mois de salaire. Nous leur avons fait comprendre que la loi prévoit, dans le code de travail, l’article 151.1, que la loi leur accorde 30% mensuel. Mais au cours de la négociation, nous avons constaté que les 30% ne pouvaient même pas faire le mois de salaire. », explique Mamadou Dian Diallo.





Chaque école privée doit pays un mois de salaire à ses enseignants et ces derniers acceptent de reprendre les cours à partir de ce jeudi 02 juillet.





André Tamba Kourouma, le Vice-président de la Commission communication des écoles privées de Labé annonce la reprise des cours.





« Les cours reprendront à partir de demain. Et déjà, les modes de payement sont les suivants : les maitres titulaires dans les centres d’examen plus tard le 05 juillet prochain. Ceux qui sont dans les classes intermédiaires, d’ici le 15 juillet».





Saifoulaye Diallo, enseignant met en garde les fondateurs des écoles privées pour toute violation du protocole d’accord.





« S’ils ne respectent pas le protocole d’accord sur lequel on s’est entendu, nous allons reprendre les manifestations et cette fois-ci, nous seront plus catégorique».





A côté de cela, aucun enseignant ne sera renvoyé par le fondateur pour le fait de grève.





Dans les perspectives de la prochaine année scolaire, l’inspection régionale du travail songe à établir un contrat de travail entre enseignant et fondateur.





Depuis Labé Souleymane Camara pour www.kababachir.com