Kankan-Covid-19 : Les barrages sanitaires placés aux entrées de la ville n’existent plus !

25-6-2020 News Kababachir


Les barrages sanitaires qui étaient mis en place dans les différentes sorties  de Kankan en vue détecter des éventuels cas de covid-19 dans la ville, ont disparu. C’est lié au manque de financement de la part des autorités sanitaires de la place. Ces barrages sanitaires étaient une initiative d’une ONG dénommée COPEC regroupant des jeunes volontaires. Notre correspondant a rencontré ce mercredi 24 juin 2020, le chargé de la communication de cette ONG. De la rentrée Kankan-Kissidougou à celle de Kankan-Siguiri, en passant par Kankan-Mandiana, Kankan-Kérouané et Kankan-Conakry, les barrages sanitaires ont disparu du jour au lendemain. Fabou Koulibaly, est le chargé de la communication de l’ONG Coalition des Patriotes pour l’Eradication du Coronavirus (COPEC). Il nous relate les causes de la disparition de ses barrages sanitaires.« Nous avons levé les barrages parce qu’on a plus de moyens, c’est nous qui avons pris l’initiative de nous même de mettre ces barrages en place au niveau des cinq axes d’entrée de Kankan pour empêcher que le coronavirus accède à la ville, c’était bien sur des barrages sanitaires où on prenait la température des entrants et on leur faisait se laver les mains, mais depuis deux mois nous sommes entrain de travailler dans le bénévolat sans avoir de budget, nous l’avons fait de nous même, mais aujourd’hui nous sommes au bout du souffle, on n’a plus les moyens donc on a jugé utile de lever les barrages. » a-t-il rélaté. La levée de ses barrages sanitaires ne serait-il pas une opportunité pour le virus de signer son entré à Kankan ?





« Bon, on ne souhaite pas que le virus vient à Kankan, c’est pourquoi nous nous avons fait de notre mieux pour ériger ces barrages là pour participer à notre manière à la lutte contre ce virus, mais comme nous n’avons plus les moyens, alors nous ne pouvons plus continuer à travailler, en tout cas nous la COPEC nous ne pouvons plus entretenir ces barrages, les jeunes étaient avec nous au niveau de ces barrages ils venaient tous les matins de 8 heures jusqu’à 17 heures 30 voir 18 heures, c’est trois jours seulement qu’on a manqué au niveau de ces barrages, les jeunes étaient arrêtés et n’avaient absolument rien, aucune prime, malheureusement on n’a pas eu de soutien au niveau de la DRS, on a eu de soutien au niveau de la DPS, on n’a plus de soutien, même les produit qu’on doit mettre dans l’eau on n’en a pas. » a-t-il répondu.





Pour finir, il lance un appel aux autorités sanitaires des leurs venir en aide afin de reprendre leurs activités parce que le virus existe toujours sur sol guinéen.





« Notre message est que s’ils peuvent trouver des moyens pour nous appuyer il n’y a pas de problème, on sera prêt encore à reprendre nos activités, que ça soit les barrages que ça soit autre chose on pourra le faire, donc comme la maladie est là, alors il faut passer par tous les moyens pour éviter qu’elle accède à la ville de Kankan. » a-t-il lancé.





A noter que, désormais la ville de Kankan est livré à elle-même, espérant  une réaction des autorités sanitaire, pour le moment les citoyens n’ont que le ciel pour les venir en aide.
Ahmed Sékou Nabé, correspondant de Kababachir.com à Kankan