KINDIA : les classes vides, les élèves flânent…

12-2-2018 News Le Djely

ledjely.com


Dans la capitale des agrumes  ce  premier jour de la grève lancée par le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) est parti pour être un test réussi par le camp d’Aboubacar soumah. Les grands établissements de la place n’ont pu, malgré les menaces des autorités éducatives, mobiliser  un grand nombre  d’enseignants. Dans les rues et partout dans les quartiers, les élèves se promènent tranquillement, pendant que leurs parents sont inquiets.


Dans un contexte post électoral plutôt préoccupant, la grève des enseignants lancée par Aboubacar Soumah, secrétaire général du SLECG, est largement suivi dans les grands établissements de Kindia. Interrogé par notre rédaction le censeur du lycée 28 Septembre, Mamadou Faro, l’admet: « ce matin, nous avons enregistré l’absence de beaucoup de professeurs. Certains  élèves sont présents. Mais il y a  plusieurs classes qui n’ont pas de profs ».  Un  professeur de cet établissement, dans l’anonymat déclare : «  nous qui sommes venus ce matin, nous avons conclu de quitter l’école à 10 heures pour  rejoindre les autres jusqu’ à ce qu’un consensus soit trouvé ».



Au collège TAFORY, l’un des plus grands de Kindia, seuls les élèves de la 10ème année  étaient en classe. Avec un hic néanmoins : aucun professeur ne s’est présenté. Le principal de  l’école s’est vu obligé de dispenser les cours en attendant un compromis entre le syndicat et le gouvernement.


 Jointe au téléphone, madame la censeur du Lycée Sambaya affirme : « nous avons reçu une cinquantaine d’élèves, mais aucun enseignant n’est venu » Le lycée Général Lansana Conté et celui de Bamban, deux autres grands établissements de Kindia, n’ont pas dérogé à la règle. Quelques enseignants et élèves sont en promenade  dans les environs de ces établissements.



Moussa Sylla, élève au lycée 28 septembre, invite le gouvernement à la négociation. «  Nous constatons un manque criard de professeurs à l’école, C’est important que le gouvernement trouve une solution. Si  nous n’étudions pas  et qu’on reste à la maison cela ne sera pas bon pour nous, cela peut affecter notre avenir » se plaint-il.  Adama  Baldé, élève du lycée Bamban pour sa part, exhorte le gouvernement à satisfaire les enseignants pour obtenir  un bon rendement en classe. « C’est aujourd’hui d’ailleurs qui était prévu pour la prise des photos pour les candidats au bac. Mais, à cette allure, rien n’est moins sûr », dit-il.


Il est à rappeler que l’inspection régionale de l’éducation et la direction préfectorale de l’éducation de Kindia  à travers leurs cadres sont sur le terrain pour  un contrôle de présence des professeurs.


Nous y reviendrons


Balla Fakoly, correspondant régional, ledjely.com


Partager

L’article KINDIA : les classes vides, les élèves flânent… est apparu en premier sur ledjely.com.