Presse privée et Alpha Condé : la source de la rigidité

13-1-2018 News Kababachir

L’autre goutte qui a fait déborder le vase entre Alpha Condé et la presse privée aura été l’indifférence des journalistes par rapport au passage du président guinéen au toit de l’Union africaine. C’est donc la source de la rigidité du locataire de Sékhoutouréya.


Pourtant, se réjouit l’octogénaire, dans son discours de nouvel an, « Cette présidence de l’Union Africaine a permis à notre pays de hisser très haut, la vision que notre continent a sur les grandes causes du moment que sont, la paix, les luttes contre le terrorisme, le péril climatique, ainsi que l’engagement qu’il a pour un développement économique centré sur l’amélioration des conditions de vie de nos populations. »


A ce titre, selon la presse locale, Alpha Condé n’aurait pas  apprécié le manque de bruits par rapport à son passage à la tête de l’UA, « alors que partout en Afrique il est félicité. Même que des chefs d’Etats africains mèneraient des démarches pour que lui Alpha continue à présider l’Union Africaine pour deux ans. Naturellement, il dit avoir décliné cette proposition, puisque ça coûte cher et que l’Union Africaine n’a pas de budget. Alpha veut désormais se consacrer aux affaires de la Guinée. Que ceux qui seront sur le bon chemin seront avec lui, mais qu’il combattra tout journaliste qui serait contre les intérêts de la Guinée. »


Cela est d’autant plus vrai que le président guinéen déclare : « La Guinée dispose d’un cadre institutionnel propice à l’exercice des libertés, comme celle de la presse, avec une loi qui dépénalise les délits de presse. L’existence d’une institution indépendante de régulation composée de responsables des associations de presse s’inscrit dans ce cadre. » C’est pourquoi, «J’encourage la presse publique et privée à continuer d’œuvrer pour la défense de nos valeurs démocratiques, dans le respect de nos lois et règlements, afin de mieux asseoir notre démocratie. »


La paix des braves entre journalistes et Alpha Condé n’est pas pour demain. La chape de plomb est toujours sur les médias privés.


 


Jeanne Fofana, Kababachir.com