Le SLECG a bel et bien reçu 45 millions GNF du gouvernement

12-1-2018 News Kababachir

Si c’est une subvention, elle est mal tombée, parce qu’elle ressemble fort bien à une corruption pour étouffer le mouvement de grève mené par Aboubacar Soumah. Cet argent permettra entre autres à aller vers l’intérieur du pays pour dissuader, désinformer, intimider les enseignants restés fidèles au camarade Soumah. Cet argent déjà dénoncé par le syndicaliste qualifié de rebelle ne trouve pas d’explication.


Louis MbembaSoumahquant à lui précise que cette somme est la subvention que l’Etat donne à la centrale syndicale. Comme pour battre en brèche les accusations de Soumah : « Il se permet aussi de dénigrer des gens, il raconte dans les radios qu’on est vendu, qu’on est acheté, qu’on reçoit de l’argent. Mais si on reçoit de l’argent nous on est subventionnés. On a reçu une partie de la subvention de l’État. Je vous dis, on a une subvention que l’État nous paye par tranche. L’État même nous a demandé d’aller informer les gens de ce qui a été obtenu du protocole d’accord qu’on a signé, ce qui a été obtenu et comment cela a été obtenu pour que les gens comprennent. »


Subvention ou pot de vin ? Ça sent du cramé. C’est en effet une autre occasion de mieux abattre le mouvement. Dès lors, Louis Mbemba et sa suite ne jouissent d’aucune confiance. C’est à ce titre d’ailleurs qu’ils ont exclu encore Aboubacar Soumah. C’est un magot au total évalué à 100 millions GNF. De quoi saliver et jeter la pierre à Aboubacar Soumah qualifiant au passage Louis Mbemba et sa clique de vieux en déphasage avec la situation actuelle.


Jeanne Fofana, Kababachir.com