Boké: Les Faits et évènements marquant l’année 2017

6-1-2018 News Kababachir

L’année 2017, aura été pour la population de la préfecture de Boké, une année de rêves, de cauchemar, de troubles, de violences et d’émeutes perturbant l’arrêt immédiat des activités administratives, minières et commerciales dans la localité qui, à cause des ressources qu’elle regorge, venait aussi, de bénéficier d’un décret présidentiel l’érigeant en ‘’Zone Economique Spéciale’’ de la République de Guinée.


Boké, affectueusement appelée «Poumon Economique de la Guinée», a été au mois d’avril, le théâtre de violentes manifestations des jeunes exigeant l’amélioration de leurs conditions de vie,   l’emploi décent, la desserte en eau potable et courant électrique.


Très attachés à leur village, les fils ressortissants de la localité à Conakry, ont dépêché une délégation conduite par le Gouverneur de la Ville de Conakry, général Mathurin Bangoura, en compagnie de feu Ousmane Camara et tant d’autres enfants émérites de Boké.


Hélas ! Cette délégation venue à chaud pour aplanir les tensions, a quitté la ville sur la pointe du pied.


A la suite de la délégation des ressortissants, viendra le Ministre des Mines et de la Géologie, Abdoulaye Magassouba qui, avec beaucoup de finesse et d’astuces, avait réussi à rassembler les parties prenantes autour d’une table de négociations.


La fin de la rencontre du ‘’Village Communautaire’’, a été marquée par la remise d’un mémo volumineux de trente-cinq (35) points de revendication au ministre des Mines et la création d’une Commission de réflexion et de suivi de la plateforme revendicative de l’ensemble des parties prenantes.


Pour la mise en œuvre des points de revendication, l’Etat a acheminé vers la préfecture en ébullition, quatre (04) générateurs répartis entre les quartiers. Cette réaction d’urgence a mis un terme aux hostilités dans une Cité sur braise.


Utile de rappeler la destitution vendredi, 13 janvier 2016, du président de la Délégation Spéciale (DS), Modibo Fofana et tous les conseillers communaux qui se regardaient en chien de faïence.


Grâce à la venue de ces groupes électrogènes, l’heure de la fourniture du courant initialement de 19h à 01h du matin, est désormais passée de 19h à 06 heures du matin. Un acte vivement salué par la quasi-totalité de la population.


Utile de rappeler le bilan sombre des manifestations de rues se soldant à un cas de mort, plusieurs blessés graves et d’importants dégâts matériels.


Après cinq (05) de fourniture partielle de la lumière aux quartiers, les rumeurs faisant état d’une autre manifestation de rue, circulait à travers la ville.


Pendant ce temps, la Société de l’Electricité de Guinée (EDG) basée à Boké, parlait de la vétusté de certains générateurs et transformateurs. Une argumentation que la jeunesse comprenait autrement.


De chuchotement à chuchotement, de grincement à grincement, la ville a été replongée dans une autre crise relative dit-on, à l’amélioration du train de vie de la population de la localité qui venait d’être élevée en zone spéciale économique du pays.


Pour rappel, le bilan des manifestations déclenchées dans la soirée du lundi, 11 septembre 2017, se dessine comme suit: 02 cas de décès, 11 personnes blessées par balles, 03 évacués sur l’Hôpital ANAIM de Kamsar, 14 gendarmes,  07 policiers, 06 hospitalisés, 05 magasins et 02 conteneurs vandalisés.


L’année 2017, aura été une année de tristes souvenirs pour la préfecture de Boké qui a perdu quelques fils valides notamment, M. Ousmane Camara (américain) suite à un arrêt cardiaque et Baïlo Sampou, d’un accident de la circulation routière, paix à leurs âmes !!!


Leurs contributions respectives ont été de dimension pour la paix et la stabilité à Boké, leur ville natale.


Après cinq (05) jours de tensions non-stop, le préfet Mohamed Lamine Doumbouya a été limogé par un décret présidentiel dans la soirée du samedi, 16 septembre de la même année.


Dès sa prise de fonction vendredi, 22 septembre 2017,  le tout nouveau successeur de Mohamed Lamine Doumbouya, Aboubacar M’Bopp Camara, a trouvé sur sa table, les dossiers et affaires brûlants qu’il faille résoudre urgemment.


C’est ainsi que l’homme, visiblement engagé, s’est engagé dans le processus du dialogue, de négociation et de concertation avec les jeunes et femmes de sa sphère politique. D’où, l’initiation d’une offensive dans les collectivités de Dabis, Kanfrandé, Bintimodia, Kolaboui, Kamsar, Sangarédi, Tanènè, Malapouya, j’en passe.


Ce périple, 1er du genre, aura été pour les populations des villes visitées, une réelle occasion d’exprimer leurs préoccupations majeures pour que soit amorcé un véritable décollage économique et social.


Partout, le nouveau responsable de la préfecture de Boké, a rassuré ses administrés que l’année 2018, sera une année de prospérité, grâce à la mise en place des fonds issus des revenus miniers qui, selon lui, seront engagés pour le développement de l’ensemble des collectivités locales.


A cause de sa position géographique, ses potentialités naturelles et humaines, la Région de Boké a abrité vendredi, 15 décembre 2017, le lancement officiel du tour Cycliste de Guinée par le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Mamady Youla. Ceci, quelques semaines après l’évènement «Kakandé Festival» pour la consolidation de paix et la cohésion sociale dans la Cité minière de Boké.


A l’heure, le Comité Local de l’Organisation ‘’Semaine de l’Amitié et de la Fraternité (SAFRA) basé dans la Région de Boké est à Sélibaby pour participer à la 28ème édition de la SAFRA avec pour thème : « La problématique de l’Emploi des Jeunes, quelle coopération entre les villes des pays membres de la SAFRA ?»


Mamadouba Camara, correspondant Kababachir.com à Boké