Baidy Aribot irremplaçable au Parlement ?

7-12-2017 News Kababachir

L’UFR peine encore à trouver une issue négociée ou légale suite au départ de Baidy Aribot pour la BCRG. Les tractations qu’on pensait terminées couvent toujours. Pourtant, le président du parti semblait avoir donné des directives. Mais, aujourd’hui, selon toute vraisemblance, ce n’est pas du beurre à couper. C’est du moins, ce que laisse comprendre Saikou Yaya Barry.


Selon ce haut responsable de l’UFR, le suppléant de Baidy Aribot à l’Assemblée nationale « Ça pose beaucoup de problèmes. » En cause : « Il est clair que son suppléant avait quitté le parti donc ça pose assez des problèmes. En matière juridique, je laisse les juristes statuer dessus mais il n’est pas question selon les dires du président même du parti, qu’un militant d’un autre parti occupe le poste du député de l’UFR. Donc, cela dit que nous utilisons les voies et moyens que nous avons pour trouver la solution. Est-ce qu’il faut laisser un vide par rapport à la suppléance ? Ou bien est-ce qu’il faut qu’un autre arrive ? Ce sont plusieurs questions qui se posent parce que le RPG a aussi un problème de ce genre qui diffère seulement par le fait c’est la loi naturelle tel que le député et son suppléant sont morts à Guéckédou. »


Aujourd’hui, ajoute le député, il y a un vide par rapport à cela. Saikou Yaya Barry jette donc son dévolu sur le législateur qui doit réfléchir sur ces questions-là. Il croit que le dernier code électoral, « on a pensé plutôt à la migration politique pas suffisamment pour le cas des députés. Il est dit que le député est libre, une fois qu’il est élu, il est député de la nation. Donc son choix est individuel. » L’UFR est donc face à un dilemme. Mais jusqu’à quand ? La semaine aux quatre jeudis, peut-être !


Jeanne Fofana, www.kababachir.com