« Vous venez m’embrouiller » avec la colonisation : Macron rembarre un Algérien

6-12-2017 News Kababachir


L’échange est musclé. Emmanuel Macron, qui effectuait ce mercredi 6 décembre sa première visite en tant que président français en Algérie, a haussé le ton face à un citoyen qui demandait que la France « assume son passé colonial ».


Le président Français, qui dit se rendre en Algérie « en ami » refusant d’être « otage du passé » douloureux entre Paris et son ancienne colonie, a très peu goûté à la remarque, rembarrant le jeune homme d’un « Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça ! », avant de continuer son petit bain de foule de rigueur.


« Qui évite quoi ? Moi j’évite quelque chose ? »


Dans une vidéo diffusée par France Info ce mercredi 6 décembre, on voit le président français interpellé par un jeune homme qui commence l’échange par une remarque impérative : 


« Il faut que la France assume son passé colonial vis-à-vis de l’Algérie. »



« On a cette histoire entre nous mais je n’en suis pas prisonnier », déclare Emmanuel Macron à Alger https://t.co/SH9rBluAK6 pic.twitter.com/CMkU3BKqrI


— franceinfo (@franceinfo) December 6, 2017


Une réflexion qui semble irriter le président français, lequel avait qualifié la colonisation française de « crime contre l’humanité » alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle. Piqué, il lui répond alors : 


« Oui, ça y est, ça fait longtemps qu’elle l’a assumé. » 


Néanmoins, son interlocuteur insiste. Selon lui, Macron, comme la France, seraient dans l’évitement. Riposte du président :  


« Qui évite quoi ? Moi j’évite quelque chose ? J’évite de venir vous voir ? J’évite de dire ce qu’il s’est passé ? »


« Mais vous vous avez quel âge ? »


Macron enchaîne ensuite de plus belle : 


« Mais il s’est passé des choses comme je l’ai dit. Il y a des gens qui ont vécu des histoires d’amour ici. Il y a des Français qui aiment encore terriblement l’Algérie, d’autres qui ont fait des choses atroces. »


« On a cette histoire entre nous, mais moi, je n’en suis pas prisonnier », conclut le président avant d’interroger le jeune homme : 


« Mais vous vous avez quel âge ? […] »


25 ans, s’entend-il répondre. Emmanuel Macron de répliquer : 


« Mais vous, vous n’avez jamais connu la colonisation. Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça ! »


La séquence s’achève net… avant que les nombreux youyous réservés chaleureusement à l’arrivée du président ne reprennent le dessus.


B. K.


L'Obs