Un projet d’attentat contre Theresa May déjoué, deux hommes inculpés

6-12-2017 News Kababachir


Ils projetaient de « faire sauter les portes de Downing Street ». Le chef du MI5, Andrew Parker, a annoncé aux ministres britanniques mardi 5 décembre l’existence d’un complot terroriste visant le 10 Downing Street, résidence de la Première ministre, dans le but d’assassiner Theresa May. Deux suspects ont été arrêtés et doivent comparaître pour terrorisme ce mercredi devant les juges.


Un complot terroriste


Selon le journal britannique « The Independant », le complot terroriste qui visait la Première ministre prévoyait de « faire sauter les portes de Downing Street » à l’aide d’une bombe « déguisée en sac ». Dans le chaos qui aurait suivi l’explosion, les suspects projetaient « d’attaquer aux couteaux » leur cible, Theresa May. Révélé par le correspondant de Sky’s Crime, Martin Brunt, le projet d’attentat était « suivi depuis plusieurs semaines » par Scotland Yard, le MI5 et la police de West Midlands.


La semaine dernière, la police militaire a finalement arrêté deux hommes, accusés de préparer des actes terroristes. Naa’imur Zakariyah Rahman et Mohammed Aqib Imran, respectivement âgés de 20 et 21 ans, ont été inculpés et passeront devant les juges de Westminster ce mercredi. La police londonienne a déclaré que les suspects avaient « l’intention de commettre des actes de terrorisme », et qu’ils avaient « adopté une conduite dans le but de réaliser cette intention ».


Le porte-parole de Scotland Yard a cependant refusé de confirmer que les arrestations étaient liées à un complot visant à attaquer Theresa May.


Un climat tendu


A la suite de cette révélation, le chef du MI5, Andrew Parker, a indiqué que le projet d’attentat contre la Première ministre n’était pas le premier déjoué sur le territoire. L’an dernier, neuf attaques auraient été empêchées au Royaume-Uni. Le chef du service de sécurité a profité d’une présentation au Cabinet sur l’évolution de la menace terroriste au Royaume-Uni pour rappeler le poids de celle-ci sur le pays.


Le porte-parole du gouvernement britannique rappelle qu’en 2017, cinq attentats ont eu lieu sur le sol britannique, dont « quatre liés au terrorisme islamiste ». Les mesures de sécurité visant à protéger les Premiers ministres britanniques avaient été renforcées après 1980, suites aux menaces des groupes républicains irlandais.


B.A.


Benjamin Aleberteau