ENSEIGNEMENT PRÉ-UNIVERSITAIRE: faute de solutions, le ministère décide des ‘’congés forcés’’

En dépit du fait que cette mesure ait soulevé une vive indignation au sein des parents d'élèves, la fédération guinéenne des parents d'élèves (Faguipae) reste de son côté reste comme d'habitude, dans un silence inquiétant et surprenant.
Si les raisons invoquées pour le renvoi des contractuels qui servaient depuis des années sans salaires, étaient leur manque de qualification, la pluplart des nouveaux instituteurs recrutés pour la fonction publique et affectés à travers le pays, n'ont pas encore acquis les outils de l'éthique et de la déontologie de la profession d'instituteur.
Pour s'en rendre compte, il suffit d' observer la manière dont les recrutements se font au sein de la fonction publique guinéenne. Il suffit que les gens aient vent de la tenue d'un concours d'accès à la fonction publique, pour se précipiter à postuler. Peu importe leurs domaines d'étude, l'essentiel pour eux , c'est d'accéder à la fonction publique et bénéficier du salaire qui va avec. Malheureusement la majeure partie de ceux qui ont été admis au concours de cette année, n'ont ni la compétence, encore moins l'expérience de ces contractuels qui servaient là depuis des années sans reconnaissance. D'autant plus que le concours en question a été marqué par des fraudes massives et la corruption avec usurpation d'identités.
L'idéal aurait été de maintenir ces contractuels jusqu'aux vacances scolaires au moins, pour procéder à ce grand chamboulement. Mains non! On préfère sacrifier l'avenir de milliers d'enfants du bas peuple sur l'autel de l'incompétence et de la médiocrité. Si les syndicats en Guinée font l'unanimité pour leur manque de tact et de crédibilité dans l'opinion publique, les ministères de la fonction publique et de l'enseignement pré-universitaire n'ont rien à leur envier de ce point de vue.
Mamadou Aliou DIALLO pour GCI
© 2005-2017 GuineeConakry.Info