JOURNEE SANS PRESSE: Koula, un an après, rien !!!

Douze mois après, la justice guinéenne n’est «pas en mesure » d’identifier le coupable. En dépit des tentatives de politisation de cette affaire qui a notamment conduit à l’arrestation, à la détention de plusieurs membres de la garde de l’Ufdg et à l’inculpation de quelques personnes soupçonnées par la justice, le dossier semble être relégué aux calandres grecques. 
Notre journaliste Mamadou Aliou Diallo qui l’a côtoyé dans la pratique du métier témoigne…
« Mohamed Koula Diallo était un journaliste dévoué, et passionné en même temps par son métier. Il était quelqu'un de jovial et profondément humain. C'était le genre de personne qui s'entendait avec tout le monde, tellement il menait une vie simple et sociable.  Le 5 février 2016, sa vie va basculer en quelques heures et pour toujours. Ce jour-là comme d'habitude, il s’est renseigné sur l'actualité et apprend que le numéro 2 de  l'UFDG Bah Oury veut se rendre au siège, alors qu'il venait d'être exclu du parti par le bureau exécutif. Les pro Bah Oury et les pro Cellou Dalein sont décidés à en découdre. C'est dans cette tension électrique dont l'issue était plus que jamais incertaine que Koula, avec le sens du journaliste professionnel, habitué à ce genre de tension, avec notamment les violentes manifestations de banlieues, décide d’aller  couvrir ce défi de Bah Oury à l'UFDG. Sans se douter une seule seconde qu'il avait rendez-vous avec la mort et qu'en quittant son frère et sa fille le matin et ne reviendra pas vivant….. »
Et ce qui ne devait pas arriver arriva… 
La suite est connue de tous, à travers les vidéos qui ont circulé dans la presse en ligne et sur les réseaux sociaux. Comme cela était quasi probable, l’arrivée de Bah Oury au siège de l’UFDG, va provoquer une résistance de la garde du parti pour l’empêcher d’accéder à l’intérieur du siège. S’en suit une bousculade, puis des échauffourées au cours desquelles un coup de fusil sera tiré et une balle va faucher Koula en plein cœur.   
Dans un témoignage choc, M. Sow, un journaliste présent sur les lieux raconte : «Lorsque le coup de feu a retenti, les gens ont commencé à fuir, j’ai aperçu à distance quelqu’un qui était couché par terre. Je me suis rapproché et j’ai vite reconnu Koula, à travers son habillement gisant par terre dans le sang. J’ai crié à l’aide et nous avons cherché à le transporter à l’hôpital, il était inerte, je crois qu’il était déjà mort sur le coup….. », avant de fondre en sanglots, le soir de son décès. 
Hier la consternation… aujourd’hui l’inquiétude 
La disparition tragique de Mohamed dans des conditions aussi horribles a suscité une vive émotion dans le monde de la presse guinéenne. Cette indignation s’est  traduite par une journée sans presse quatre jours après son décès. Une journée de black out médiatique avait été décrétée pour alerter  l’opinion face à cette situation, mais également les autorités, notamment la justice pour retrouver le ou les  coupables du meurtre de Koula afin qu’il(s) réponde(nt)  de leurs actes.  
Après les annonces habituelles du ministère de la justice, depuis un an, rien ne semble indiquer la tenue d’un procès présentement. Cela est d’autant plus inquiétant pour les médias en Guinée, qu’une autre disparation depuis plus d’un an d’un autre journaliste, en l’occurrence Cherif Diallo d’espace Tv, reste également non élucidée. 
La presse guinéenne qui est la principale victime des bourreaux du ‘’quatrième pouvoir’’  fait preuve d’un manque de solidarité mutuelle handicapant. Elle semble ignorer tout le pouvoir en  ses mains pour amener la justice à élucider tous ces cas de violations et d’atteinte à la liberté de la presse; Celles qui continuent d’enfoncer la Guinée au plus bas du classement de ‘’Reporters Sans Frontières’’, qui catalogue le pays comme étant parmi les mauvais élèves en matière de pratique du métier de journaliste.  Elle se laisse manipuler par les politiques qui l’exploitent à sa guise.
Le moment est venu de se réveiller en prenant ses distances et en responsabilisant les associations de presse dont le rôle se résume aujourd’hui essentiellement à quémander une misère de subvention, que l’Etat fait semblant d’accorder aux médias. Il est temps de se réveiller et de mettre en place un véritable syndicat capable de défendre l’ensemble de la corporation, afin de jouer pleinement le rôle de quatrième pouvoir et de veille sur la vie politique.
Une journée sans presse (commémorative ?) c’est bien, les marches de soutien (commémoratives ?), c’est bien, mais la justice c’est encore mieux. Il ne faut donc pas attendre un autre anniversaire pour faire ce genre de manifestations et surtout  éviter de faire de la récupération. Il faut maintenir la pression pour que toutes les victimes soient rétablies dans leur droit ! 
Mohamed Koula Diallo laisse derrière lui une veuve et une petite fille, la rédaction de notre journal en ligne Guineeconakry.info redit toutes ses sincères condoléances à la famille éplorée et implore le Seigneur afin qu’il accorde à notre confrère sa miséricorde éternelle et l’accueil dans son paradis. Amin!
GuineeConakry.Info / GCI
© 2005-2017 GuineeConakry.Info
BAH OURY EXPLIQUE ....
Un an après, où en sont les enquêtes judiciaires !
Le doyen des juges d’instruction du tribunal de Dixinn dans son ordonnance du 24 mai 2016 a inculpé :
• Amadou Sow , garde de corps de Cellou Dalein , pour assassinat
• Alghassimou Keita, garde de corps de Cellou Dalein pour complicité d’assassinat et de tentative d’assassinat. Ces deux gardes de corps sont en détention à la prison centrale de Conakry.
• Souleymane BAH Thiaguel, chargé de communication de Cellou Dalein également pour complicité d’assassinat et de tentative d’assassinat. Ce dernier est actuellement en cavale au Sénégal. Son mentor use actuellement de tous les stratagèmes pour tenter de justifier son absence du pays.
L’ordonnance du juge d’instruction validée par la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Conakry le 02 août 2016 indique que les faits incriminés attestent de l’existence d’une « conspiration » qui a été minutieusement planifiée. La chambre d’accusation a également instruit le procureur général de Conakry de mettre en œuvre les dispositions pour que les personnes citées comparaissent devant la cour de Conakry chargée de juger les crimes de sang dés qu’elle sera convoquée.
Quelques informations complémentaires
• Au mois de novembre 2016, une tentative d’assassinat a été orchestrée contre Alphadio Wanidara. Ce dernier inculpé pour coups et blessures volontaires dans le cadre de l’affaire 05 février 2016 s’est révélé particulièrement gênant. En effet depuis qu’il s’est éloigné du couple Cellou Dalein pour se rapprocher du NFD de Mouctar Diallo, il a évoqué à maintes reprises en public, les circonstances de l’organisation de la conspiration contre le 1er Vice-Président de l’UFDG pour attenter à sa vie. Dés lors il devenait gênant. C’est ainsi qu’il a pu échapper à une tentative d’assassinat dont le présumé auteur serait un garde de corps de Cellou Dalein. Cet imbroglio judiciaire apparent est d’une parfaite cohérence mais le procureur de Dixinn n’a pas pour l’instant pris en compte la connexité des affaires pour la manifestation de la vérité.
• Le procureur de Dixinn M. Souleymane Ndiaye (encore lui) n’a pas jugé opportun de faire instruire la plainte contre Cellou Dalein Diallo relative à la dénonciation calomnieuse arguant que le statut de député le met à l’abri des poursuites judiciaires. Une demande de la levée de son immunité parlementaire initiée par le collectif des avocats de la partie civile, a été déposée au bureau de l’assemblée nationale qui n’a pas encore formellement réagi. Il n’est pas tolérable qu’une diffamation mensongère par le biais d’un communiqué qui a fait le tour du monde, me présentant pour un assassin d’un journaliste ne soit pas jugée. Mon honneur et mon image tant en Guinée qu’à l’étranger ont été entachés par cette dénonciation calomnieuse. Par conséquent cela nécessite une réparation judiciaire. Si les tribunaux guinéens s’avèrent peu enclins à juger l’affaire alors il sera tout à fait logique qu’un tribunal supranational soit saisi afin que la justice soit rendue.
Justice pour Mohamed Koula et justice pour tous ! La vérité triomphera !
BAH Oury
Ancien ministre
1er Vice-Président de l’UFDG