MGF TOLERANCE ZERO: Un anniversaire d’espoir dans la lutte contre les MGF

M. Roger Gata Doré, Inspecteur général dudit ministère a fait au nom de Madame la ministre, une présentation liminaire situant les efforts de la République de Guinée, dans la lutte contre les MGF. Avec pour objectif la réduction du taux de prévalence élevée de 97% pour la tranche de 15 à 49 ans, enregistré l’Enquête Démo-Sanitaire de 2012, grâce à des partenariats dynamiques avec l’UNICEF, l’UNFPA, l’Ambassade des Etats unis en Guinée et plusieurs ONG nationales et internationales.
Ainsi, plusieurs initiatives ont été mises en œuvre, « dans les domaines de la justice sociale avec l’adoption du nouveau code pénal révisé, de la santé, de l’éducation, ainsi que sur le plan religieux consacré par l’adoption d’une ‘’fatwa’’ interdisant cette pratique et la démarquant clairement des prescriptions coraniques ».
Les nombreuses questions des journalistes sur les réticences de certaines familles ou communautés, la faiblesse constatée de certaines sanctions et la persistance dans certaines villes du pays, surtout pendant les vacances scolaires, de mutilation génitales féminines sur les petites filles, ont amené les responsables du ministère de l’Action sociale, à apporter plus de précisions en ce qui concerne les actions prioritaires engagées concrètement dans les différentes préfectures.
Il s’agit notamment des activités juridiques pour l’application de la législation en la matière par le strict respect de la loi, la démédicalisation de la pratique des MGF, l’introduction des modules sur les MGF dans les curricula de formation des établissements d’enseignement, les échanges inter-religieux d’expériences novatrices, enfin l’habilitation des communautés et la valorisation effective des jeunes filles non excisées en modèle social.
En cette journée internationale placée sous le thème « Etablir un lien solide et interactif entre l’Afrique et le reste du monde, afin d’accélérer l’élimination des MGF d’ici 2030 », l’Inspecteur général du ministère de l’Action sociale a révélé que : «L’ensemble des efforts menés par les ONG partenaires dans les communautés en termes d’éducation et d’habilitation ont permis une baisse de la prévalence de 6 points d’indice, soit 91%, selon les résultats d’une récente étude sur les violences basées sur le genre y compris les MGF.»  
Une tendance certes encourageante, mais les efforts doivent être poursuivis et amplifiés avec ‘’zéro tolérance’’.
JMJ